Acheter en couple : comment éviter la guerre en cas de séparation ?

Thibaud Decressac
7 mars 2020 16:00:00

Vous pensez acheter votre futur bien immobilier avec votre moitié ? Il est important de se poser les bonnes questions dès le départ pour éviter de faire les mauvais choix. En cas de séparation, votre cocon pourrait se transformer en tranchée ! Voici quelques conseils pour éviter le pire.

L'amour dure 3 ans et les crédits immobilier 25 ans 

On se rappelle du titre du roman de Beigbeder "L'amour dure 3 ans". 

Il était symptomatique de notre époque. Si autrefois les couples se séparaient, en moyenne, après une dizaine d'année, cette période s'est raccourcie à 4,2 années pour la nouvelle génération des Millenials. 

Les divorces sont également de plus en plus rapides. 

D'après une étude publiée dans Le Monde : 

Les divorces sont au contraire de plus en plus rapides : la part des personnes ayant rompu leur première union avant huit ans de vie en couple est passée de 12 % à 29 % au sein des unions formées entre 1970 et 1978 et celles formées entre 1997 et 2005.

En revanche, la durée des crédits ne fait que s'allonger !

D'après une étude réalisée par Immobilier-danger : 

Depuis 2002, la durée moyenne d’un prêt immobilier n’a cessé de croître jusqu’à début 2007. Depuis début 2007, la moyenne de la durée d’un crédit pour un logement oscille entre 210 et 231 mois (entre 17 ans et demi et 19 ans et 3 mois).

Comment éviter une situation conflictuelle et préjudiciable financièrement ? 

Celui qui paye est propriétaire

Prenons l'exemple d'un couple marié sous le régime de la communauté des biens. 

En théorie, les époux qui achètent un logement ensemble sont tous les deux propriétaires et disposent des mêmes droits sur le bien. 

Cependant, si l’un des époux finance la totalité du bien ou une partie avec des fonds propres (donation ou capital constitué avant le mariage) ou si son apport est supérieur à 50% du prix du bien, le logement lui appartient entièrement !

En cas de divorce ou décès, il n'aura à verser qu'une indemnisation à son partenaire... 

Si vous êtes simplement en concubinage, chacun récupère la part de la somme qu’il a investi pour l’achat du logement.

Comment revendre en cas de séparation ?

Le plus important est de trouver un terrain d'entente. 

Une vente immobilière ne peut pas se dérouler dans de bonnes conditions s'il existe des points de désaccord.

D'après notre expérience dans les cas de séparation, il est indispensable que chaque partie : 

  • soit d'accord pour vendre 
  • ait les mêmes attentes en terme de prix de vente

Par ailleurs, il est également nécessaire que la séparation ou le divorce se fasse de façon amiable. 

Dans le cas contraire, la vente immobilière peut être "prise en otage" dans le cadre de négociations ou pressions par l'une des parties. 

C'est le meilleur moyen de rater totalement sa vente en laissant filer les meilleures offres...

Evitez les agences low cost et la vente entre particuliers

La vente entre particuliers et les agences low cost fonctionnent uniquement pour les ventes simples.

C'est à dire : des petites surfaces en bon état dans des secteurs tendus et si vous avez du temps à y consacrer. 

Une séparation est toujours complexe et potentiellement explosive. 

Il est indispensable d'avoir recours à une agence qui sera capable de : 

  • Prendre le temps de conseiller chaque partie 
  • Désamorcer les éventuels conflits 
  • Apporter une assistance juridique et administrative 

Notre agence est spécialisée dans les situations complexes.

Si vous avez besoin de conseils, n'hésitez pas à prendre un rendez-vous téléphonique gratuit avec l'un de conseillers en cliquant ici.

New call-to-action

Pas de Commentaires

Dites nous ce que vous en pensez